You are here: Home » divers » Crise entre les pays du Golfe et le Qatar: le club de football du Barça dans la tourmente

Crise entre les pays du Golfe et le Qatar: le club de football du Barça dans la tourmente

Une amende pouvant dépasser les 130.000 euros et une peine de prison de 15 ans: voilà ce qu’encourt un individu portant le maillot de l’équipe de football du Barça en Arabie saoudite.

En cause, le sponsor du club espagnol qui n’est autre que Qatar Airways.

Cette décision intervient suite à la rupture des liens diplomatiques décidée par l’Arabie saoudite ainsi que d’autres pays musulmans avec Doha, qu’ils accusent de soutenir le terrorisme et déstabiliser la région.

L’équipe catalane a indiqué que les supporters du club étaient également menacés d’emprisonnement dans les Emirats arabes unis.

Barcelona football club fans ‘can be arrested’ in the United Arab Emirates. http://bit.ly/2rXs7nh 

Qatar Airways sponsorise l’équipe depuis quatre ans mais sera remplacé dès la saison prochaine par le géant du textile japonais Rakuten.

L’été dernier, le fan club du Barça avait recueilli plus de 60.000 signatures dans le cadre d’une pétition exhortant le club à couper ses liens avec le Qatar.

www.i24news.fr

 

Terrorisme: l’Arabie, l’Egypte, les Emirats et Bahreïn rompent avec le Qatar

Le président américain Donald Trump rencontre les dirigeants des pétromonarchies du Golfe à Ryad, le 21 mai 2017 MANDEL NGAN (AFP)
Doha a dénoncé un « objectif clair: placer l’Etat du Qatar sous tutelle »

L’Arabie saoudite, l’Egypte, Bahreïn et les Emirats arabes unis ont tour à tour annoncé lundi la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusé de « soutien au terrorisme », y compris Al-Qaïda, le groupe Etat islamique (EI) et les Frères musulmans.

Doha a rapidement accusé ses voisins du Golfe de chercher à le mettre sous tutelle et dénoncé cette mesure comme « injustifiée » et « sans fondement », dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Ces mesures ont un « objectif clair: placer l’Etat (du Qatar) sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté » et est « totalement inacceptable », a-t-il ajouté.

Le Qatar a aussi été exclu de la coalition militaire arabe opérant au Yémen sous commandement saoudien. Ce séisme diplomatique est intervenu 15 jours après une visite à Ryad du président américain Donald Trump qui a demandé aux pays musulmans d’agir de manière décisive contre l’extrémisme religieux.

L’agence officielle saoudienne SPA a annoncé que Ryad rompait ses relations diplomatiques et fermait ses frontières avec le Qatar pour « protéger sa sécurité nationale des dangers du terrorisme et de l’extrémisme ».

Un responsable saoudien a précisé que son pays « rompait ses relations diplomatiques et consulaires avec le Qatar, ferme ses frontières terrestres et maritimes ainsi que son espace aérien » avec son voisin du Golfe.

A file photo from May 21, 2017 shows Qatar’s Emir Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani and US President Donald Trump meeting in the Saudi capital Riyadh MANDEL NGAN (AFP/File)

« L’Arabie saoudite a pris cette mesure décisive en raison des sérieux abus des autorités de Doha tout au long des dernières années (…) pour inciter à la désobéissance et nuire à sa souveraineté », a-t-il ajouté.

« Le Qatar accueille divers groupes terroristes pour déstabiliser la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daech (acronyme en arabe de l’EI) et Al-Qaïda », a accusé ce responsable saoudien.

Egalement via son agence officielle, Bahreïn a justifié sa décision en accusant Doha d' »ébranler la sécurité et la stabilité (de son royaume) et de s’ingérer dans ses affaires » intérieures.

Au Caire, l’Egypte a également annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec le Qatar qu’elle accuse de soutenir « le terrorisme ».

Le président américain Donald Trump et le roi Salmane d’Arabie saoudite, à Ryad le 20 mai 2017
MANDEL NGAN (AFP)

Le gouvernement du Caire a « décidé de mettre fin à ses relations diplomatiques avec l’Etat du Qatar qui insiste à adopter un comportement hostile vis-à-vis de l’Egypte », a indiqué le ministère des Affaires étrangères égyptien.

Le communiqué égyptien annonce la fermeture des frontières « aériennes et maritimes » avec le Qatar.

Bahreïn et les Emirats arabes unis ont aussi rompu leurs liens avec le Qatar, que la coalition militaire arabe au Yémen a par ailleurs exclu, également pour son « soutien au terrorisme », citant explicitement dans un communiqué Al-Qaïda et l’EI, bien implantés au Yémen.

Ces développements sont un sérieux revers pour le Qatar qui, indépendamment de son rôle régional, se targue d’organiser la Coupe du Monde de football en 2022.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *