You are here: Home » divers » France-Culture toujours en quête d’objectivité sur Israël par Oudy Bloch

France-Culture toujours en quête d’objectivité sur Israël par Oudy Bloch

Juin 2017, Israël célèbre les 50 ans de sa victoire lors de la Guerre des Six Jours, une véritable blitzkrieg – pour faire plaisir aux nostalgiques – qui a catapulté l’Israélien du statut de Juif rescapé des camps de la mort à celui d’un guerrier « sûr de lui et dominateur ».

Pour l’occasion, France-Culture a commis, le 5 juin dernier, l’émission « Les Enjeux Internationaux » sous le titre presque impartial « Israël-Palestine, Tragique anniversaire : cinquante ans de territoires occupés ».

Si vous voulez vous épargner 10 minutes d’émission anti-israélienne, le titre suffira à combler votre curiosité. Pour les autres, tant la présentation de l’émission que l’interview de l’invité Jean-Paul Chagnollaud réussissent le prodige d’évoquer « 50 années d’occupation systématique et de domination israélienne » en omettant de rappeler, notamment, que de 1949 à 1967 la Judée-Samarie avait été occupée militairement puis annexée par la Jordanie, les synagogues de Jérusalem-Est saccagées, le Kotel (le Mur des Lamentations) utilisé comme urinoir public, les pierres tombales arrachées au cimetière du Mont des Oliviers pour paver les routes, 34 lieux de cultes juifs sur les 35 que comptait la vieille ville avaient été laissés à l’abandon ou détruits et que Gaza subissait le même sort par l’Egypte sans que cela n’indigne qui que ce soit.

En outre, le texte introductif de l’émission ne pouvait évidemment pas se terminer sans l’immanquable parallèle avec l’Afrique du Sud et sa politique d’Apartheid.

Voilà pour la neutralité du service public.

Enfin ! La solution au conflit israélo-palestinien

A l’écoute de ce morceau d’objectivité historique, on apprend que pendant l’une des séquences du conflit israélo-palestinien, justement de 1948 à 1967, « ce conflit n’était pas un conflit israélo-palestinien, on le voyait surtout comme un conflit israélo-arabe, les palestiniens avaient comme disparu de l’Histoire ». Probablement parce que jusqu’en 1964 et la création de l’OLP au Caire par l’égyptien Yasser Arafat, et surtout jusqu’à la guerre des Six Jours trois ans plus tard, la majorité des palestiniens se considéraient soit comme syriens soit comme jordaniens et ne prétendaient à aucune revendication territoriale.

En septembre 1970, Hussein de Jordanie punira dans le sang les tentatives de coups d’Etat de l’OLP. Entre 2000 et 3000 fédayins seront tués. Depuis les palestiniens se sentent un peu moins jordaniens.

Lire la suite 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *