You are here: Home » divers » culture » Jan Karski: le Juste qui a révélé aux Alliés, dès 1942, la Shoah

Jan Karski: le Juste qui a révélé aux Alliés, dès 1942, la Shoah

L’adaptation par Arthur Nauzyciel du très beau livre « Jan Karski » de Yannick Haenel est à voir au Théâtre de la Colline à Paris.

L’alerte de Jan Karski… puis le silence

C’est en 1985, dans le film Shoah réalisé par Claude Lanzmann, que nous avons découvert Jan Karski.

Polonais catholique, résistant, évadé des prisons de la Gestapo, envoyé spécial du gouvernement de son pays exilé à Londres, il alerta les Alliés, dès la fin de 1942, sur le génocide juif en cours en Europe occupée. D’abord comme émissaire des représentants du Ghetto de Varsovie, où il pénétra par deux fois lui-même.

Mais surtout comme témoin oculaire de la réalité de l’extermination, après la visite qu’il put effectuer à l’intérieur d’un camp de la mort près de Varsovie.

Chargé par la communauté juive polonaise de demander aux Alliés de lui venir en aide, soit en négociant avec les Allemands, soit en bombardant les voies d’accès aux camps, Jan Karski répéta sans relâche ce message.

En vain.

Lorsqu’à la Libération les vainqueurs dirent découvrir l’Holocauste, Karski honteux et désespéré, se mura dans le silence. Jusqu’à Shoah.

 

L’enquête de Yannick Haenel

Yannick Haenel : « La distance qui nous sépare des hommes qui meurent, s’appelle l’infamie. »

L’écrivain Yannick Haenel, impressionné par le témoignage de cet homme, entreprit d’enquêter sur lui, son histoire et les récits officiels de ses rencontres avec les responsables des pays Alliés entre 1942 et 1944.

En 2009 il publia un livre, dans lequel seul le dernier tiers est une fiction, l’écrivain imaginant ce qui a hanté les nuits et les pensées de Jan Karski pendant ces 35 années de silence.

Le metteur en scène Arthur Nauzyciel décida très vite de porter ce livre sur une scène de théâtre, relevant le défi de transposer ce récit en spectacle afin que le message, jamais vraiment reçu durant la guerre, soit enfin entendu par une nouvelle génération.

Créé en 2011 à Avignon, repris depuis dans de nombreux théâtres en France, Jan Karski (mon nom est une fiction) se joue en ce moment au Théâtre de La Colline à Paris jusqu’au 18 juin.

 

Source franceinter

PUBLICITÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *