You are here: Home » marseille » La rafle des enfants de la Verdière (1943): un crime contre l’Humanité par Jean Lévy

La rafle des enfants de la Verdière (1943): un crime contre l’Humanité par Jean Lévy

14 Novembre, commémoration .
Ce poème que j’ai écrit il y a 9 ans doit être interprété comme un un cri d’alarme pour l’avenir.
Nous avons vocation à perpétuer la mémoire de ceux qui ont été assassinés « parcequ’ils étaient juifs »
Au devoir de mémoire s’ajoute le droit de mémoire que certains voudraient supprimer , comme ils veulent supprimer le droit à la circoncision.
Je souhaiterais que ce modeste poème soit lu par chacun de nos enfants, ce serait tout simplement un témoignage d’une mémoire toujours vivante;
Docteur Jean Levy,

Les enfants de la Verdière … un crime contre l’Humanité

Vingt octobre quarante trois

Château de la Verdière,

Ce jour de tragédie

Rime avec barbarie.

 


Trente jeunes enfants juifs

Et six de leurs mamans

Avec leur directrice

Furent pris dans un piège.

 

Ils croyaient en la France,

Ils respiraient la joie,

Ils étaient insouciants

Comme tous les enfants.

 

L’horrible Gestapo

Vint changer leur destin.

Elle fit sa besogne

Au mépris de la vie.

 

Arrêtés, déportés

Et tous assassinés

Dans le camp d’Auschwitz

Parce qu’ils étaient juifs.

 

La terreur et l’horreur

Etaient au rendez vous.

La solution finale

Etait à l’arrivée.

 

Nous avons un devoir

Celui de la mémoire,

Ne jamais oublier

Et toujours raconter.

 

Etre tous vigilants,

Tout peut recommencer

Si par malheur arrive

Un apprenti sorcier.

 

Je forme un vœu sacré

C’est de débaptiser

Une rue de Marseille,

Rue Alexis Carrel 

 

Cette rue dont j’ai honte

Doit voir son nom changé

Et porter comme nom

Enfants de la Verdière.

 

Jean Lévy

22 novembre 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *