You are here: Home » histoire » Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky

Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky

Travail de fourmis patientes et obstinées, cette enquête,Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky,   est le symbole parfait de ce que l’on nomme le devoir de mémoire ou d’histoire.

Dans ce cas précis, le fait de ressusciter une correspondance inédite, les échanges épistolaires d’un professeur et son élève, et sa diffusion par France 24. (Une suite logique ou ce qui se devrait de l’être mais qui est exceptionnelle en un temps ou l’antisémitisme enterre à nouveau ses juifs).

Un  reportage raconte donc comment en 2010, par le plus grand des hasards, à l’occasion d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine situé dans le 16e arrondissement de Paris, ces lettres et photographies ont été retrouvées.

Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky et son professeur de latin-grec, mademoiselle Malingrey. Informée de cette découverte, Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, a prêté main forte à Khalida Hatchy, une professeure de l’établissement qui souhaitait reconstituer le parcours de cette jeune fille. À partir des documents de Louise, elles ont pu retrouver des témoins, des cousins éloignés et des anciennes élèves.

Une correspondance de plusieurs mois, entretenue entre 1942 et 1944, plus précisément qui cessa brusquement le 22 janvier 1944, jour de son arrestation et avec elle toute sa famille.

Internés à Drancy, le père, la mère et les quatre enfants furent déportés à Auschwitz d’où aucun ne revint mais dont personne ne pourra plus, désormais, effacer la trace.

Voir le web-doc de France 24 sur le sujet, cliquez ici

Un travail exemplaire que cette enquête menée par la journaliste de France 24, Stéphanie Trouillard et Khalida Hatchy, nouveau professeur en l’établissement à qui Melle Malingrey eut l’excellente idée de confier les archives de notre malheureuse lycéenne.

Deux femmes obligées pour ce faire d’exhumer du passé tous possibles témoignages, deux femmes tellement décidées à rendre la parole à cette élève si douée mais assassinée par les nazis, qu’elles se retrouvèrent un jour à Jérusalem…

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *