You are here: Home » Torah » Vayichlah: la naissance du peuple juif par Caroline Rebouh © vidéo

Vayichlah: la naissance du peuple juif par Caroline Rebouh © vidéo

Dans la parasha de cette semaine vont se perpétrer des évènements d’importance tels le départ de Yaakov et de la famille qu’il a fondée avec Léa et Rahel, Bilhah et Zilpa et ses onze garçons et Dina fille de Léa, Rahel étant enceinte de son deuxième enfant. Les évènements qui vont se dérouler devant nos yeux sont importants car ils vont dessiner le schéma du futur peuple d’Israël, descendants d’Abraham, d’Itshak et de Yaakov.

Les hakhamim ont donné un symbole en comparant cette famille à un creuset étant donné qu’elle voit son destin forgé pour que le monde suive un chemin particulier. Ce creuset est un creuset d’acier, dont le nom est formé en prenant les initiales des quatre épouses de Jacob :Bilhah, Rahel, Zilpa et Léa, on forme le mot « barzel » qui signifie fer ou creuset pour donner une forme à quelque chose : ainsi, par la matrice de ces quatre femmes qui ont été les compagnes du patriarche, le peuple juif a été créé.

 

8 Vayichla'h 14Texre

Et, puisque nous évoquons ici ces quatre mères, il faut souligner la magnanimité du Créateur qui a vu la détresse de Léa et lui a permis à elle seule de donner à Yaakov plus d’enfants que n’importe quelle autre de ses femmes : elle enfanta en effet 6 garçons et une fille alors que les servantes n’eurent que deux garçons chacune et que Rahel elle-même, bien que stérile de nature, en eut deux pour ne pas être moins féconde que les servantes.

Ainsi donc, la justice divine se préoccupe des moindres détails et, en présence du caractère miséricordieux des deux sœurs , la justice divine va compenser le manque d’amour dont Léa a souffert par l’octroi dans sa descendance de personnages importants tels que Moshé et Aharon petits enfants de Lévy, puis, beaucoup plus tard de David Hamélekh et de Salomon puis, dans le futur du Messie fils de David qui amènera la rédemption finale alors que dans la descendance de Rahel on verra Saül et le Messie fils de Joseph .
Yaakov, en servant Laban, s’est considérablement enrichi il sait qu’à présent, il est à la tête d’une famille nombreuse puisqu’il a, 4 épouses, 11 garçons et une fille. Ruben, le fils aîné, est un homme à présent. Yaakov a 4 fils aînés, un par femme.

8.Vayichla'h
A propos de fils aînés, Jacob apprit qu’Esaü continue à le chercher pour se venger. Jacob imagine calmer les ardeurs et la haine de son frère en lui envoyant des messagers chargés de cadeaux avec la mission de ramener la paix entre les deux frères et de calmer les passions. En chemin, Yaakov se remet en question.
En abordant le récit du combat de Jacob avec l’ange, les commentateurs posent une problématique à cause d’un mot : איש, homme. Qui est cet homme combat avec Jacob toute la nuit blessant le patriarche à la cuisse ?Certains commentateurs ayant relevé que ce mot איש est aussi accolé à Jacob ceci reviendrait à dire disent-ils, que le combat a lieu en fait en Jacob lui-même : Jacob se remet en question, il repasse devant lui le film de sa vie pour pouvoir corriger ses actes avant que d’entrer sur ce territoire offert par D à Abraham.

Certains autres commentateurs évoquent la possibilité de la lutte contre le mauvais penchant, ou comme le penchant d’Esaü tandis que d’autres pensent qu’il s’agit vraiment d’un « être » divin contre lequel le patriarche a lutté, puisqu’il ne connaissait pas cette personne et il lutta de toutes ses forces pour affirmer sa foi en D.

Cette dernière forme de pensée se verrait confirmer par le fait que cet être répondit à Jacob qui lui demanda son nom : פניא-ל c’est-à-dire ma face est celle de D. Ces faits se sont produits alors que Jacob s’était séparé de ses femmes et de ses enfants ainsi que de tout son cheptel, car il avait fait passer le Yabok à toute sa famille.
De ce combat avec l’ange, Jacob sortira vainqueur mais, toutefois, Jacob souffre – à l’issue du combat – d’une luxation de sa cuisse.

Ce qui va jusqu’à aujourd’hui nous être rappelé constamment par l’interdit visant à la consommation du nerf sciatique. Jacob voit son nom changé en Israël car lui dit l’Ange « tu as combattu avec D ». Dans ce nom on perçoit la racine du mot « droit » yasharישר mais aussi l’homme, prince ou délégué de D : איש שר א-ל d’où la forme contractée Israël. Et c’est ainsi qu’il sera aussi appelé : l’homme droit par excellence avec ce prénom de Yéshouroun dans lequel nous retrouvons le mot yashar.
La rencontre avec Esaü est rude. Le baiser qu’échangent les deux frères risque d’être meurtrier car les commentateurs expliquent que lorsqu’Esaü s’approcha de Jacob pour l’embrasser, la chair du cou de Jacob se changea en ivoire afinqu’ Esaü ne puisse mordre son frère en cet endroit vital.
Les cadeaux pour Esaü sont considérables et susceptibles de faire comprendre à l’ancêtre de Edom que le temps est venu de faire la paix.
Lors de la rencontre des deux frères, Jacob dit à son frère : אצל לבן גרתי « j’ai habité chez Lavan » leur oncle. Les Sages remarquent qu’il emploie le verbe לגור qui renferme la racine ג-ר étranger. Car en effet être étranger c’est être guer’ et en Israël normalement, en bon hébreu on doit employer le verbe dont la racine est ד-ר d’où le mot דירה appartement et lorsqu’on habite en Israël on doit dire : אני דָר et non pas אני גָר.

Or dans ce cas précis où Jacob était chez son oncle et y a fondé une famille nombreuse il aurait pu dire : אצל לבן ישבתי je suis resté chez Lavan. Les Sages expliquent donc qu’en employant le mot גרתי Jacob a signifié à son frère qui faisait fi des lois qu’il avait apprises chez son père Isaac que tout en habitant chez quelqu’un de non religieux, lui Jacob avait observé les 613 commandements carגרתי = 613 !!!!
Les cadeaux offerts par Jacob à Esaü sont très nombreux : 580 bêtes. Les commentateurs voient dans ce chiffre une allusion au bouc émissaire qui sera sacrifié le jour de kippour au temps où le Temple existait (bouc = =שעיר580).
Esaü dit à Yaakov : « garde ce qui est à toi » sous-entendu : garde pour toi toutes les bénédictions que tu as reçues celle d’Isaac mais aussi celle de l’ange .
Dans cette parasha nous allons assister également à des évènements tragiques tels le viol de Dina par le prince de Shekhem, la mort de la nourrice de Rebecca, puis celle d’Isaac à 180 ans et de Rivkamais encore celle de Rahel à Beith Lehem, sur la route vers KyriatArba, au cours de l’accouchement par lequel elle donna le jour à Binyamine, 12ème fils de Jacob. Benjamin est le seul d’entre tous les membres de sa famille à ne pas s’être prosterné devant Esaü et cela lui vaudra un statut spécial parmi ses frères.
En Israël, chaque année, depuis le 7 heshvan (en général fin octobre- début novembre) et jusqu’au premier jour de Pessah on dit dans la âmida trois fois par jour « meshivharouahoumoridhagueshem » car, si on a demandé la pluie solennellement pour simhat Torah on ne prie réellement pour la pluie trois fois par jour qu’environ deux semaines après car Souccot étant une fête de pèlerinage, il fallait bien deux semaines aux pèlerins pour rentrer chez eux et regagner leur domicile sans dommage à cause de la pluie.

Cette pluie salvatrice et si nécessaire à l’équilibre agricole trouve un symbole en Rachel, la matriarche qui n’est pas enterrée avec son époux mais en dehors, et qui doit ramener « ses » enfants vers le pays. Ce symbole est le suivant : dans le cantique des cantiques les motsהיפה בנשים ou la plus belle d’entre les femmes est une allusion à Rahel. Ces deux mots היפה בנשים en guematria équivaut à 502 or, le mot matarמטר qui reprend les initiales de trois mots liés par cette même notion de pluie : vent, rosée et la pluie car il n’y a pratiquement jamais de pluie sans vent et que la rosée fait partie des dons du ciel ces trois mots sont donc מטר – טל – רוח total desquels mots est 502 également.

De plus, la terminaison de ces trois mots nous désigne les lettres ר’ ח’ ל’ c’est-à-dire que nous retrouvons encore le nom de .רחל Mais, où est le lien avec les patriarches ? Le voici, si nous prenons les années de vie des trois patriarches nous obtiendrons ceci : Abraham 175, Isaac 180, Jacob 147 ans nous obtenons encore une fois le total de 502 !

Caroline Elishéva REBOUH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *